Les Clubs AFFG en 2021

Les clubs, principaux acteurs du développement du FootGolf en France

 
Depuis 8 ans, le FootGolf français se développe à vitesse grand V. On peut très clairement le voir avec l'augmentation du nombre de membres et d'étapes au fur et à mesure des années. Et rien de tout cela ne serait possible sans l'action quotidienne des clubs affiliés à l'AFFG !
 

- - - 

 
 
LES CLUBS : POINTS D'ANCRAGE POUR UN DÉVELOPPEMENT LOCAL DU FOOTGOLF
 
Aujourd'hui, l'AFFG compte 30 clubs affiliés pour la saison 2021. Parmi eux, certains clubs nouvellement crées, mais aussi surtout des clubs emblématiques dans le paysage du FootGolf français, qui jouent encore et toujours les premiers rôles tels que le Marseille Provence FootGolf, le Paris FootGolf Club, le Rouen Métropole FootGolf Club, le Nord FootGolf Association ou encore le Reims Champagne Crew FootGolf. Sans oublier l'Alsace FootGolf Club, tout fraîchement élu Champion National Clubs 2021 !

La grande majorité de ces clubs sont présents depuis l'arrivée du sport en France en 2013 et ont largement contribué au développement de la pratique dans leur région, notamment avec la mise en place de nombreuses initiations au FootGolf et de portes ouvertes à destinations des novices.


L'IMPORTANCE DES NOUVEAUX CLUBS

 
Parmi nos 30 clubs affiliés, 6 ont vu le jour en 2021 :

- Rennes FootGolf Club

- Reims FootGolf Club

- Côte d'Amour FootGolf Club

- Valenciennes FootGolf Métropole

- Club Marne FootGolf

- HAC FootGolf

Des ambitions sportives différentes mais les mêmes objectifs quand il s'agit de développer la pratique du FootGolf en France.

La création de clubs comme Rennes, Côte d'Amour (Saint-Nazaire) ou Le Havre de notre Ambassadeur Florent Sinama-Pongolle, vont permettre à l'AFFG d'ouvrir de nouveaux parcours de FootGolf dans certaines régions où la discipline est peu présente ; vous pourrez bientôt jouer au FootGolf en Bretagne !

LES CLUBS : UN RELAIS LOCAL DES PLUS EFFICACES !

Avec un nombre grandissant d'ouverture de clubs depuis maintenant plus d'un an, la perspective de voir le nombre de parcours de FootGolf augmente. En effet, pour un développement homogène du FootGolf en France, il est nécessaire que le couple Golf/Club fonctionne de paire. Les joueurs d'une ville ne peuvent être pleinement satisfaits et épanouis dans leur pratique que s'ils ont à leur disposition un terrain d'entraînement à proximité. Par la même occasion, un club satisfait du rendement de l'ouverture de son parcours de FootGolf que s'il peut s'appuyer sur des joueurs locaux venant régulièrement et faisant eux-même la promotion de la discipline, dans le but de faire venir des novices et d'en faire des pratiquants réguliers. Voilà pourquoi FootGolf France met en place quotidiennement des actions de communication afin que le nombre de clubs augmente, dans le but, in fine, de pouvoir approcher plus facilement de nouveaux golfs et ainsi faire grandir le nombre de parcours de FootGolf affiliés à l'Association Française de FootGolf. Depuis fin 2020, pas moins de 7 parcours de FootGolf ont vu le jour :

- Golf du Gouverneur (Lyon) 

- Golf de Vichy Forêt de Montpensier

- Golf d'Amnéville

- Golf Las Martines (Toulouse)

- Golf de Saint-Saëns

- Golf de Lésigny-Réveillon

- Golf de Bourbon (la Réunion)

LES CLUBS AFFILIÉS À LA FÉDÉRATION FRANCAISE DE FOOTBALL : UN LEVIER DE DÉVELOPPEMENT SUPPLÉMENTAIRE ?

L'année dernière, la section FootGolf du Racing Club de Strasbourg faisait partie des clubs affiliés à l'AFFG, et plus récemment, en avril dernier, le Club Marne FootGolf s'est affilié à l'AFFG s'est également affilié. Leur point commun ? Ces deux clubs sont des sections intégrées directement à un structure affilié à la FFF. Le Racing Club de Strasbourg FootGolf est une entité du club professionnel de football, alors que le Marne FootGolf est une émanation du district FFF de la Marne.

Avec un rapprochement à l'étude entre l'AFFG et la FFF, de nombreux districts et clubs FFF voient d'un bon oeil la création d'une section loisir FootGolf (Golf foot), et se penchent par la même occasion sur la création d'une association dédiée à la pratique de cette "discipline associée" au football. Ces deux initiatives, ainsi que les nombreuses en préparation permettront à coup sûr de toucher un plus large public pratiquant le football, pour ainsi augmenter le nombre d'adeptes au FootGolf et qui sait, peut-être parmi ces futures fans, plusieurs créeront leur propre club de FootGolf !

 

---
 
Vous souhaitez participer au développement du FootGolf en France et créer un club dans votre ville ?
 
Ne perdez plus un instant, contactez-nous dès maintenant sur contact@affg.fr.

 

Entretien avec Claire Priet

Claire PRIET : «Le FootGolf fait partie de mes loisirs sportifs»

Dans une interview exclusive, Claire Priet revient son passé de footballeuse, ses débuts dans le FootGolf avant de nous exposer ses ambitions futures.

Comment as-tu découvert le FootGolf ?

Après avoir regardé un reportage sur l’épopée qui amène la Team France au titre de championne du monde, j'ai contacté les Clubs de FootGolf de la région parisienne. Fabrice Ardiet m’a proposé de venir jouer lors d'une séance de découverte animée par Nicolas Pussini au Golf de Saint-Aubin en février 2019. J'ai tout de suite adoré et j'ai donc rejoint le Club de Senart Combs pour ma première saison sur la FootGolf Cup.

Quelle place occupe le FootGolf dans ta vie en général ? (Entre le travail, les entraînements et les compétitions le week-end)

Le FootGolf fait partie de mes loisirs sportifs, au même titre que la plongée et l’apnée, la rando, le golf, le badminton, la pétanque… Mais c’est le seul sport que je pratique en compétition, donc j’y consacre un peu plus de temps. C’est un équilibre.

Tu as un passé de footballeuse assez riche, peux-tu nous en parler un peu ?

Le football a été le sport que j’ai le plus longtemps pratiqué, et dans lequel j’ai eu le plus d’émotions extrêmes. J’ai commencé tardivement, à 14 ans, et rapidement j’ai joué avec l’équipe senior en division d’honneur avec l’AS Brevannes, sous fausse licence vu mon âge. Puis j’ai intégré l’équipe phare de l’époque, la VGA Saint-Maur, où j’ai joué en National 1, aux côtés de joueuses que j’admirais comme Régine Mismacq, Martine Puentes, Sandrine Roux, Sophie Ryckeboer, toutes joueuses de l’Équipe de France, et avec de jeunes espoirs Sylvie Cassauba et Nathalie Flisar. J’y ai gagné mon 1er titre de Championne de France, un souvenir inoubliable de partage, d’émotions puissance 10. Avec la VGA, j’ai connu mes premiers tournois qui regroupaient les championnes de chaque pays d’Europe.

Puis j’ai rejoint mon dernier club le FCF Juvisy (devenu le Paris FC) où j’ai retrouvé des joueuses de ma génération comme Hélène Hillion-guillemin, Brigitte Olive Henriquès, Laurence Richoux, Aline Riera-Ubiergo, Stéphanie Mugneret-Béghé, avec qui j’ai gagné 2 autres titres de Championne de France. Ce sport m’a permis de faire de belles rencontres, de participer à de beaux événements et de jouer avec et contre de grandes joueuses françaises et internationales comme l’américaine Mia Hamm par exemple. Ce fût une belle période sportive.

 

Peux-tu nous expliquer les différences et les similitudes entre la pratique du foot et du FootGolf ?

La première différence est le côté individualiste du FootGolf, contrairement au football où le collectif passe avant l’individuel.

La deuxième différence est l’accessibilité, pour pratiquer le FootGolf, le coût financier pour un joueur est énorme. Et enfin le FootGolf est beaucoup moins cardio que le football.

Les similitudes, je les retrouve au niveau purement sportif. La maîtrise du ballon, (dosage, trajectoire), au football lorsqu’on fait une passe dans les pieds ou dans la course du partenaire, il faut être précis. Au FootGolf, on retrouve cette précision dans les approches, les putts ou pour éviter des obstacles. De même, la technique de frappe se retrouve dans les deux sports. J’utilise le coup de pied pour les drives, comme je l’utilisais pour les transversales sur les terrains de foot, ou le plat du pied pour les putts ou les approches, qui, au foot me permettait de tirer les coups francs, faire une passe, ou le piqué pour les sorties de bunker et qui est utilisé pour lober le gardien ou un adversaire lors des matchs de foot ….  

Autre point commun, le mental, il est présent et à son importance dans les deux sports, même si je trouve qu’il est légèrement plus décisif au FootGolf qu’au foot.  La notion tactique, de choix de jeu, est également présente dans les deux sports, tout comme l’influence de la météo, même si le vent à quand même plus d’incidence au FootGolf par exemple.

 

Cette saison, deux joueuses du SQY sont parties du côté du Reims Champagne Crew FootGolf. As-tu toi aussi pensé à changer d’air ?

Ayant eu des approches de la part de certains clubs, j’y ai naturellement pensé….

 

En 2020, tu réalises une Cup de haut niveau, avec notamment une magnifique fin de saison. Penses-tu pouvoir concurrencer Charlotte Amaury en 2021 ?

Je ne suis pas aussi enthousiasme que ça au niveau de ma saison 2020. Ma blessure qui est intervenue juste après le premier confinement au moment où la Cup était de retour, m’a mis un sacré stop pendant 3 mois et m’a fait raté l’Open de France. A mon retour, je n’ai pas vraiment retrouvé toutes mes sensations, sauf à Moliets où le premier jour je finis 8ème ex æquo, ce qui m’a donc fait partir le lendemain avec les meilleurs joueurs dans le 3eme squad. Je garde donc en tête cette dernière étape en référence, pour aller essayer de concurrencer Charlotte cette saison.

En 2021, combien d’étapes as-tu l’intention de jouer ?

Je vais essayer de faire 6 à 10 étapes en essayant de privilégier les golfs sur lesquels je n’ai pas encore joué, mais il y a tellement de paramètres, les finances, le travail, la famille… plus le fait que j’aimerais faire des tournois à l’international. Pas facile de tout harmoniser.

En septembre aura lieu d’Euro FootGolf en Hongrie. Y penses-tu ?

J’y pense évidemment.

Que penses-tu du développement du FootGolf féminin en France ? Penses-tu que le nombre de joueuses peut encore augmenter dans les prochaines années ?

J’espère que le nombre de joueuses va augmenter, car c’est primordial pour le développement du FootGolf féminin, et cela ne peut être que bénéfique pour le FootGolf dans sa globalité.

Cela me rappelle le football féminin qui était très intimiste lorsque j’ai débuté et qui a mis du temps à prendre son envol. J’espère que l’essor du FootGolf féminin sera un peu plus rapide. Pour cela, l’adhésion de tous, des instances aux pratiquant, est nécessaire. Je pense que l’une des clés, c’est la visibilité ! Pour qu’il y ait visibilité, il faut bien évidemment mettre les moyens pour populariser et rendre accessible la pratique, les résultats sportifs des féminines déjà présentes sur le circuit compte également pour susciter un engouement… Il faut également, à mon sens, s’appuyer sur des outils mis en place par la Fédération Française de Football par exemple, qui fait entrer le Golf-foot dans les clubs de football.

Certaines choses sont en train d’être mises en place, et tout cela va dans le sens du développement féminin ! Continuons, sans brûler les étapes…

Que dirais-tu à une personne qui souhaiterait découvrir le FootGolf ?

Je lui dirais que le FootGolf est un sport ludique, simple (en apparence bien sûr !!!) ou l’on prend du plaisir rapidement et où toute la famille peut jouer. L’essayer c’est l’adopter.

Découvrez le Calendrier de la FootGolf Cup 2021

Découvrez le calendrier de la FootGolf Cup 2021



Entretien avec Damien Dyrdol

Damien DYRDOL : «Le FootGolf est mon sport numéro 1»

Dans une interview exclusive, Damien Dyrdol, étoile montante du FootGolf Français et 2ème à l'Open de France 2020 nous parle de son ascension fulgurante.

Comment as-tu découvert le FootGolf ?

J’ai découvert le footgolf en 2016 par l’intermédiaire du club de Lyon et de Kevin Place qui étaient venu faire une initiation au golf de Mâcon. J’ai essayé et j’ai tout de suite accroché. L’année d’après, nous avons créé le club de Mâcon La Salle Footgolf.

Tu fais partie du club de Macôn La Salle, quels sont vos objectifs sur la saison ?

Nous n’avons pas d’objectifs prédéfinis. L’important est que chacun des joueurs prennent du plaisir à se déplacer et à partager des bons moments ensembles. Bien sûr, nous voulons performer et obtenir le meilleur résultat possible mais nous sommes conscients que d’autres clubs sont beaucoup plus armés que nous. Cette année nous avons le projet de déplacer le plus de joueurs possibles sur une étape étrangère (Espagne ou Portugal) et ainsi vivre une expérience mémorable tous ensemble !

Nous mettons également un point d’honneur à recevoir de la meilleure des manières l’étape de Cup et je pense que notre travail aide grandement à la réussite de cette dernière.

Quelle place occupe le FootGolf dans ta vie en général ? (Entre le travail, les entraînements et les compétitions le week-end)

Il est devenu mon sport numéro 1. Au début je jonglais entre le foot et le footgolf, puis les résultats sont arrivés et le footgolf à pris le dessus. Aujourd’hui le footgolf est ma véritable passion.

 

Un joueur de ton niveau doit certainement avoir un plan d'entraînement ? Peux-tu nous le décrire ?

Pour être très franc je n’ai vraiment pas de plan d’entraînement. A vrai dire je ne m’entraine jamais.

Je n’aime pas répéter sans arrêt la même chose, le même parcours et le connaitre par cœur. Cela vous aide pour l’étape de Cup mais selon moi, l’entrainement donne le droit à l’erreur car il n’y a pas d’enjeu spécifique. A l’inverse l’enchainement de compétitions conditionne votre esprit à être constamment dans l’adversité.

 

Je viens d’aller retoucher un peu le ballon car le manque de rythme se fait ressentir mais je mise plus sur une bonne récupération entre les compétitions, surtout avec un calendrier condensé comme 2020 et probablement comme celui qui nous attends.

 

Tu as passé un vrai cap cette saison et fait désormais partie des têtes d'affiche de notre Championnat. Peux-tu nous faire un résumé de ta saison 2020 ?

Tout a vraiment bien commencé, j’étais tout proche de gagner la première étape de la Cup et derrière je me positionne bien à Marseille. Le confinement aurait pu me stopper dans ma dynamique mais j’ai réussi à accrocher une splendide deuxième place à l’Open de France.

Puis ma régularité a fait le reste, sans avoir un style de jeu des plus sympas à regarder je suis toujours parvenu à me placer dans le top 10 ou le top 5. J’ai un petit regret d’avoir complètement loupé la compétition de la Valserine vu l’enjeu qu’il y avait mais je reste bien évidemment très heureux de ma saison.

Quand on regarde bien je n’ai pas joué énormément de compétition.

Si l’on m’avait dit que je serais à cette place en début d’année je n’y aurais pas cru un seul instant. Maintenant la saison n’est pas encore finie et je compte bien venir jouer les troubles fêtes lors de la finale.

 

En 2021, combien d'étapes as-tu l'intention de jouer ?

Je n’ai pas encore regardé, je ferais comme j’ai fait cette saison : j’irai quand l’envie me prendra et quand mon planning me le permettra. J’ai également envie de retourner faire un ou deux majors à l’étranger car ceux sont des compétitions à part entières.

Est-ce que tu as une routine avant chaque étape ? Es-tu superstitieux ?

Je n’ai pas de routine particulière, au contraire je prévois même tout au dernier moment. Pour la petite anecdote je m’étais rendu compte que j’avais oublié mes affaires à la maison quand je suis arrivé sur place pour l’étape de Belfort. Heureusement qu’un collègue ne partait que très tôt le lendemain !

Tu es un membre important de la team France, vois-tu la France comme un potentiel vainqueur final lors de l'Euro FootGolf en Août-Septembre prochain ?

Je n’ai pas encore disputé la moindre compétition avec la Team France, c’est donc très compliqué de donner un avis. Une chose est néanmoins sûre, c’est que si la France est championne du monde en titre ce n’est pas pour rien ! Nul doute qu’elle sera revancharde des dernières éditions.

Que dirais-tu à une personne qui souhaiterait découvrir le FootGolf ?

Je lui dirais de venir essayer dès qu’il en a l’occasion. Le plus dure c’est de franchir le pas. Une fois qu’on à dégager un peu de temps pour venir essayer, on a fait le plus dure. La suite vous la connaissez…