Julien Guyen : « Tout le monde a sa chance dans le FootGolf »

Novice dans le footgolf, le président d’Orléans Footgolf Métropole entend s’éclater à fond sur le circuit français

Qui es-tu dans la vie privée ?

J’ai 36 ans, papa d’une fille de 4 ans et demi et natif d’Orléans. Je suis commercial depuis 13 ans dans la rénovation de maison après avoir fait un court passage par le STAPS (rires). À part « vivre » footgolf depuis quelques mois, je fais du tennis (classé 15). J’essaie d’aller en boîte une fois de temps en temps pour oublier que j’approche de la quarantaine et je profite de la vie à fond avec ma fille, mes amis et ma copine.

Tu viens de créer le club d’Orléans Footgolf Métropole. Qu’est-ce qui t’a donné envie de démarrer cette aventure ?

Nous sommes deux à l’initiative de ce projet : Quentin Greugny, mon meilleur ami, et moi. Nous jouions au football et au futsal depuis toujours et c’est grâce à Facebook que l’on a découvert ce sport en 2014. On a tout de suite eu envie d’essayer. Marcilly avait un parcours affilié et dès la première session, on a adoré. On a eu le déclic de la création du club en mai 2019 après avoir fait l’étape des partenaires à Donnery. Mais on n’aurait pas pu en être là aujourd’hui si les gars ne s’impliquaient pas autant dans le développement du club et j’en suis très heureux.

Quels sont les objectifs du club pour cette première saison ?

Kiffer ! Plus sérieusement, nous avons déjà atteint un objectif : être 10 pour notre première saison, et cela sans faire de publicité. Au niveau sportif, on sera très présent sur le tour régional Ile-de-France pour permettre à tout le monde d’acquérir de l’expérience et de pérenniser le club avec des compétitions régulières à moins de deux heures d’Orléans. Bien sûr, on sera aussi présent sur quelques étapes de la Footgolf Cup, mais sans brûler les étapes. Nous allons aussi organiser des événements pour faire connaître ce sport sur les deux golfs affiliés de l’agglomération orléanaise.

Qu’est-ce que le footgolf t’apporte ? Si tu devais utiliser 3 mots pour le décrire, lesquels choisirais-tu et pourquoi ?

Plaisir : le plaisir de pouvoir continuer à frapper dans un ballon de différentes manières (grosses frappes mais aussi de la précision) et le plaisir de pouvoir évoluer dans des lieux magnifiques que sont les golfs.

Challenge : le challenge d’être un novice dans ce sport et de vouloir progresser et faire ma place.

Partage : que ce soit au football, futsal, tennis et maintenant footgolf, j’ai toujours aimé l’esprit d’équipe, la cohésion et bien sûr les après-matchs… (rires)

Quel ballon utilises-tu et pourquoi ?

Après avoir abandonné lâchement mon ballon Kappa, j’utilise un Speedcell d’occasion.

La saison 2020 a démarré le week-end dernier à Hersant. Que retiens-tu de cette étape ?

J’en ai encore mal aux mollets et aux cuisses (rires) ! C’était un super week-end. J’ai croisé des joueurs sympas. On a bien rigolé (surtout Romain et son bateau retourné). Les plus expérimentés m’ont conseillé. Malgré des conditions d’avant-tournoi très compliquées, le parcours était magnifique et tout était bien organisé. Sur le plan sportif, j’ai pu mesurer toute la difficulté d’une compétition sur deux rounds, trois si on ajoute le double. J’étais à -1 après 12 trous le samedi matin pour finir à +22 le dimanche midi. Autant dire que c’est très frustrant. Mais vivement la prochaine étape !

Quelles étapes as-tu coché pour cette saison ?

Quasiment toutes les étapes régionales. Je me suis préinscrit à l’Open de France, mais toujours dans la réflexion de le faire ou non. Sur la Cup, je serai là (sauf blessure) à Orléans, ainsi qu’à 6 ou 8 autres étapes puisque j’ai pris un pack 8 étapes.

Si tu veux nous donner l’envie de venir à l’étape d’Orléans (samedi 9 mai 2020), c’est le moment…

De superbes lots à gagner grâce à notre partenaire Kappa et Sport 2000, quasiment aucun cas de Coronavirus à Orléans, donc les joueurs peuvent venir sereinement s’éclater, et j’annonce que je donnerai un magnifique marqueur aux couleurs de l’Orléans Footgolf Métropole à celui qui réussira un hole in one au trou 18 (par 4 de 73 mètres au-dessus de l’eau) ! Si avec tout ça, les footgolfeurs de France et du monde entier ne sont pas motivés pour venir à Donnery, je démissionne ! (rires)

Quel(le) footgolfeur(euse) t'impressionne ?

Je ne pense pas avoir fait assez d’étapes et jouer avec assez de footgolfeurs pour faire ressortir un joueur. Je pense surtout que le footgolf est un sport où il n’y a pas de physique type et où tout le monde a sa chance avec un peu d’entraînement. Bon, en tant que supporter marseillais, avoir pu jouer dans le squad de Camel Meriem était très agréable. Il a les deux pieds, envoie des pralines en drive et reste très calme.