Thierry Jobbin : « Le footgolf est parfait pour récupérer de ce confinement »

Malgré le confinement, la passion de Thierry Jobbin pour le footgolf est restée intacte.

Qui es-tu dans la vie privée ?

J’ai 63 ans, j’ai un fils avec qui j’ai le bonheur de partager notre sport, deux petites-filles et je suis à la retraite depuis trois ans.

Comment s’est passé le confinement pour toi ? Quelles occupations as-tu trouvé ? Qu’est-ce qui t’a manqué le plus ?

Ce confinement a été positif et négatif. Négatif par l’éloignement des gens que l’on aime et je suis d’une génération qui subissant pour la première fois un réel interdit. Le positif, c’est l’occasion de faire le point sur les bons moments de la vie vécus et de se redonner des objectifs.

Avec le déconfinement, avez-vous repris les entraînements avec ton club du Rouen Métropole Footgolf Club ?

J’ai la chance d’habiter à la campagne.  Cette période m’a permis de m’entraîner tous les jours au putt, ce qui ne s’est pas trop vu lors de l’étape de la Cup à L’Ailette (rires).

Es-tu d’accord pour dire que le footgolf est parfait pour s’aérer les esprits après cette difficile période vécue par tous ?

C’est vrai que le footgolf est un sport parfait pour récupérer de ce confinement et surtout retrouver la bande de potes que forme le Rouen Métropole Footgolf Club (RMFC).

Raconte-nous comment as-tu découvert le footgolf ?

J’ai découvert ce sport par le biais d’un journal local qui proposait, via le RMFC, de venir à une séance découverte. J’y suis allé avec mon ami Franck et nous avons tout de suite adhéré.

En compétition, quel est ton meilleur souvenir jusqu’à présent ? Et quel est le plus beau coup que tu as réalisé ?

Mon meilleur souvenir, c’est ma victoire dans la catégorie Seniors au Vaudreuil il y a deux ans. Le même jour, je réalise mon plus beau coup, un hole in one.

Quel est le plus beau golf dans lequel tu as pu jouer au footgolf ?

Le plus beau golf sur lequel j’ai joué est Marseille, même si je n’ai pas pu participer au deuxième round. Les vieilles jambes n’ont pas supporté le simple et le double de la veille.

Si tu avais la possibilité de choisir ton partenaire de double pour une future étape de la Footgolf Cup, qui choisirais-tu et pourquoi ?

Je dois avouer que je suis très bien loti avec mes deux partenaires : Francky un ami de longue date et Yohann mon fils préféré

Comment le footgolf est-il perçu en Normandie par les différentes personnes qui sont venues tester la pratique ?

Les personnes qui nous rejoignent sur les deux golfs où nous jouons sont unanimes : ils adorent, mais ils ont un peu de mal à franchir le cap pour disputer une étape de la Footgolf Cup. Le tour régional Normandie sera un test pour voir s’ils adhèrent vraiment.